NITA Actu Niger 3 min

Zone Franc : A Niamey, les ministres des finances des pays membres réfléchissent sur la ‘’stabilité’’ et le ‘’développement’’ de leurs monnaies

le .

 zone franc reunion de famille 0

Une réunion des ministres des finances de la zone Franc s’est tenue le 28 mars dernier à Niamey, sous la présidence du ministre nigérien des Finance, M. Mamadou Diop. La rencontre de Niamey a enregistré également la participation des présidents des institutions régionales et des gouverneurs des banques centrales, du Ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire, mais aussi de la représentante de la Banque de France. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier Ministre du Niger, M. Brigi Rafini.

Cette rencontre de la capitale nigérienne est un signe « pour l’engagement et l’attachement à la bonne marche de notre coopération monétaire qui demeure un facteur de stabilité et de bonne gestion macroéconomique de nos économies », a indiqué M. Rafini à l’ouverture des travaux.

Selon lui,  « l’intégration économique et monétaire s’avère être un recours judicieux pour les pays en développement » durant cette ère de globalisation, de transactions économiques, d’innovations technologiques et d’essor d’entreprises multinationales, a commenté M. le premier ministre nigérien.

M. Brigi Rafini devait ajouter que l’intégration économique et monétaire « crée aussi un espace et un marché unique permettant l’éclosion et le développement d’acteurs économiques capables de rivaliser avec ceux implantés dans les pays avancés et industrialisés ».

Le franc, rappelle-t-on, est la monnaie utilisée en commun par les pays membres de l’union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (cemac), et l’Union des Comores.

Au cours de cette réunion, les participants se sont planchés sur la coopération entretenue entre les pays membres de l’espace monétaire. Ils ont, par ailleurs, « réaffirmé l’importance des mécanismes et institutions de la Zone franc pour la stabilité et le développement des économies de la Zone ».

« Ils ont réitéré leur volonté de continuer à faire de la Zone franc un espace de coordination active des politiques publiques, en lien avec les principaux bailleurs et institutions », peut-on lire dans le communiqué final.

« Dans un contexte économique marqué par une reprise de la croissance à l’échelle du continent africain, ils ont réaffirmé leur engagement d’œuvrer pour le développement de la Zone franc et de mettre en œuvre des politiques économiques soutenables axées sur la diversification économique et le renforcement de la mobilisation des ressources domestiques », a poursuivi le texte.

Le communiqué final rapporte également que les participants à la réunion ont relevé que la convergence nominale reste en-deçà des résultats escomptés. Ils ont en particulier noté les risques liés à la dette et au déficit publics, qui sont susceptibles de remettre en cause les équilibres internes et externes des États concernés. Ils ont rappelé l’importance d’améliorer rapidement et fortement la mobilisation des ressources intérieures et accueilli favorablement à cet égard la perspective d’une étude mandatée par la Commission UEMOA et diligentée par l’AFD en matière de formation des administrations financières.

Les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales ont souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des mesures permettant de renforcer l’intégration régionale, facteur de résilience et de solidarité des États de la Zone franc face aux chocs exogènes négatifs dans un contexte sécuritaire régional difficile et un environnement économique international incertain.

À ce titre, ils réitèrent l’importance de continuer à mettre en œuvre le suivi régulier de l’ensemble des recommandations adoptées lors des réunions des ministres de la Zone franc.

MSB