jeudi 27 janvier 2022

Projet du Pipeline Export Niger-Bénin: pour une exploitation plus rentable du pétrole nigérien

Une visite du ministre nigérien du pétrole sur le site du pipeline Une visite du ministre nigérien du pétrole sur le site du pipeline droit reservé

Le Niger, rappelle-t-on, est devenu depuis novembre 2011 pays producteur de pétrole grâce à la mise en exploitation du bloc d’Agadem. Cette production est exclusivement destinée à l’approvisionnement de la Société de raffinage de Zinder (SORAZ), soit quelque 20.000 barils par jour. Or, le potentiel pétrolier nigérien est lié à deux (2) grands bassins sédimentaires couvrant plus de 90% du territoire du pays. Il s’agit notamment du bassin occidental (Ullémenden, Tamesna) et du bassin oriental (système des Graben, le Djado). En outre, les nombreuses découvertes réalisées par la  société chinoise CNPC sur le bloc Agadem permettent aujourd’hui de comptabiliser des réserves récupérables de 900 millions de barils qui seront mises en production à partir de 2023. Ce qui va rehausser la production à près de 110.000 barils par jour dont 90.000 barils destinés à l’exportation via le Pipeline Niger-Bénin en cours de construction.

Ce Pipeline, dont les travaux de construction ont été lancés en septembre 2019 et ceux de soudure des premières sections en juillet 2021, reliera donc le bloc d’Agadem à la côte béninoise de Sèmé. D’une longueur de plus de 1950 km et d’une capacité supérieure à 100.000 barils par jour, il sera le plus long pipeline d’Afrique.

Sa construction, un investissement de quelque 2,1 milliards de dollars (soit près de 1200 milliards de francs CFA), est rendue nécessaire au regard des réserves importantes de pétrole de notre pays. Grâce à ce pipeline, le Niger va donc transporter et vendre son pétrole sur les marchés internationaux.

Fruit d’un accord bilatéral et des conventions bipartites entre le Niger, le Bénin et le groupe CNPC, le Pipeline Niger-Bénin, d’un diamètre de 20 pouces, sera composé de 8 stations de pompage (6 au Niger et 2 au Bénin), de 59 vannes, d’un terminal pétrolier à Sèmé (2 millions de barils de capacité de stockage) duquel deux pipelines sous-marin de 15 kilomètres seront destinés à charger des tankers d’une capacité d’un million de barils.

La réalisation de ce projet gigantesque, même s’il ne rendra pas le Niger dépendant de son pétrole (15 à 20% de son PIB), lui permettra d’avoir des retombées économiques considérables en matière de recettes fiscales mais également de croissance de son tissu d’entreprises et d’emploi.

En effet, soucieux du contenu local dans les activités pétrolières, le Niger, à travers le Ministère du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, met en avant ses entreprises locales afin qu’elles participent pleinement à l’essor de son secteur pétrolier (transport, génie civil, services, construction technique) et met tout en œuvre pour favoriser l’emploi des Nigériens et le transfert de compétences.

Ainsi, le grand projet de production et d’exportation du pétrole brut nigérien voit le jour et les prochaines années formeront une période exceptionnelle, pendant laquelle seront réalisés les plus grands investissements jamais connus au Niger, accompagnée d’une croissance socio-économique que le gouvernement souhaite durable et équitable.

C’est du reste pour constater l’avancement des travaux, que le Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, M. Mahamane Sani Mahamadou, a entrepris une visite du terrain du 23 au 25 juillet 2021 sur le bloc d’Agadem et à la SORAZ. Le Ministre a visité les installations existantes et celles en cours de réalisation et a tenu à encourager les équipes en place, tout en insistant sur le respect des délais.

Le pétrole du Niger, note-t-on enfin, attire de plus en plus les investisseurs. En effet, actuellement, en plus de la CNPC, deux autres compagnies pétrolières opèrent sur plusieurs blocs, notamment le groupe Sonatrach (SIPEX) et la société Savannah Energy. Toutes deux en phase de recherche active, elles ont réalisé des découvertes significatives sur des bassins différents au cours des 3 dernières années : SIPEX sur le bloc Kafra (frontière avec l’Algérie) et Savannah sur R3 (rendu de CNPC).

Le Niger, qui dispose en outre de 41 blocs libres, présente un environnement favorable aux investisseurs : un régime juridique protecteur (Code pétrolier de 2017, Contrat de Partage de Production type, clauses de stabilisation et d’arbitrage, etc.), une période de recherche pouvant atteindre 10 ans, une période de production minimum de 25 ans, une administration pro-active, une situation sécuritaire maîtrisée, la présence d’un nombre important et en croissance de sous-traitants (13 rigs et des équipes de sismiques nombreuses), un coût par baril faible (15 USD par baril, y compris recherche, développement et exploitation), un pipeline export dont le coût de transport sera de 15 USD/baril au cours des 10 prochaines années (6 USD au-delà).

Bien plus, le Niger a également mis en place un régime fiscal attractif : exonération de TVA, de droits de douane (période de recherche et 5 premières années d’exploitation), le tout sur fond d’un taux de redevance de 12,5%, un taux de Tax Oil compris entre 40% et 60%, un taux de cost stop de 70%.

En outre, la procédure d’attribution des blocs est claire et rapide : après dépôt d’une demande conforme au Code Pétrolier de 2017, le délai nécessaire à l’attribution d’un bloc est d’environ 3 mois. Ce délai comprend l’analyse de la demande (capacité techniques et financières, programme de travail minimum, etc.), la négociation du Contrat de Partage de Production, son approbation en Conseil des Ministres, sa signature et enfin l’attribution de l’Autorisation Exclusive de Recherche.

Fort de tous ces atouts géologiques, opérationnels, juridiques, fiscaux et logistiques, le Niger est désormais un acteur pétrolier qui compte en Afrique et qui se tient prêt à accueillir les investisseurs désireux d’accompagner la forte croissance de son secteur pétrolier. Et la construction du Pipeline assurera un écoulement certain de la production.

KAÏLOU P. Maman

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mercredi, 22 décembre 2021 12:11

GRANDS DOSSIERS

CONTACTS

Siège

   Niamey, NIGER

Tél. 

   00227 99 99 99 99

E-mail

   contact@afriqueperspectives.com

REDACTION

Directeur de la Rédaction

   Mahamane Sabo Bachir

Directeur Commercial

   Mahamane Sabo Bachir

Webmaster

   Mahamane Sabo Bachir