samedi 23 octobre 2021
Intégration

Intégration (3)

Le Fond de Solidarité Africain (FSA) compte organiser dans les jours à venir une conférence des Chefs d'État de ses pays membres, sous le leadership du Président nigérien Mohamed Bazoum.

L’annonce a été faite par le Directeur Général de l’institution financière, ce jeudi 02 septembre 2021, à l’issue d'une audience que lui a accordée le Chef de l'État nigérien.

« Nous avons l'ambition d'organiser une conférence des Chefs d'État des pays membres du FSA ici au Niger et naturellement le Président de la République du Niger va assurer le leadership de cette conférence », a déclaré M. Ahamadou Abdoulaye Diallo peu après l’entrevue avec le dirigeant nigérien.

Face à la presse,  M. Ahamadou Abdoulaye Diallo a rappelé que le FSA est la seule institution financière internationale dont le siège est basé à Niamey et c'est dans ce cadre qu'il est venu rendre compte au Chef de l'Etat des évolutions récentes du Fonds.

 « je suis venu rendre compte au Chef de l’Etat des évolutions récentes  du FSA et je me félicite d’avoir eu une oreille très attentive et une compréhension vive et dynamique qui nous ont permis de bénéficier de sages conseils et des orientations du Président de la République en vue d’un avenir plus prospère de notre institution et au bénéfice de nos Etats membres», a-t-il ajouté.

Le Fonds de solidarité africain (FSA), indique-t-on, est une institution financière multilatérale de garantie basée à Niamey, au Niger. Il regroupe 14 États membres africains avec comme objectif principal de faciliter aux États et aux entreprises publiques et privées de sa zone d'intervention l’accès aux crédits destinés à financer des projets d’investissements productifs, et la mobilisation de l’épargne locale et extérieure notamment par des interventions en garantie de prêts sur les marchés financiers.

« Grâce aux efforts des plus hautes autorités du Niger, nous allons affirmer notre vocation panafricaine en nous déployant dans l'ensemble des 54 pays de l'Afrique. Ce qui nécessite un travail politique et diplomatique assez intense, assez régulier et je suis venu m'enquérir des avis et des conseils du Président de la République », a poursuivi le responsable du FSA.

Les États membres du FSA sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la Centrafrique, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Mali, Maurice, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

La signature de l’accord portant sa création a eu lieu le 21 décembre 1976, alors que ses opérations ont débuté en 1979, rappelle-t-on.

    

Mahamane Manzo

En visite de travail dans la capitale nigérienne, ce 30 août 2021, le Secrétaire Général de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf), M. Wamkele Mene fait au Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou le point des succès enregistrés ainsi que des négociations en cours au sein de la ‘’zone commerciale’’. Au terme de l’entrevue, le Secrétaire Général de l’organisation panafricaine a indiqué avoir fait le compte rendu « du progrès des travaux au niveau de secrétariat de la ZLECAf » au chef du Gouvernement nigérien.

« Je lui ai également fait part de l’état des négociations que nous avons initiées au niveau de la ZLECAf, mais aussi des succès que nous avons enregistrés ainsi que des défis auxquels nous faisons face », a-t-il ajouté.

Wamkele Mene a aussi déclaré avoir « sollicité l’appui continu et le leadership du Niger dans cette mission», avant de faire savoir qu’il est « fier du fait que le Président de la République du Niger et le Premier ministre aient réaffirmé leur disponibilité à continuer leur soutien à la ZLECAf de même que le Niger continue d’apporter son leadership à la ZLECAf, à essayer de débloquer la situation là où il le faut, donc d’apporter toujours son appui constant à la ZLECAf».

La ZLECAf, note-t-on, est un espace constituant un marché de 1,2 milliard de personnes et qui ambitionne de créer un marché de près de 3.000 milliards de dollars, sans aucun droit de douane ni restriction à la frontière. 36 pays sur les 55 de l’Union Africaine (UA) ont ratifié l’accord qui l’institue. Cet accord prévoit l’élimination des barrières non tarifaires, un système panafricain de paiements et de règlements et un observatoire africain du commerce qui devraient être fonctionnels dès le début des échanges commerciaux.

La ZLECAf vise également à stimuler le commerce intra-africain en offrant un Accord commercial global et mutuellement bénéfique entre les Etats membres, couvrant le commerce des biens et des services, les investissements, les droits de propriété intellectuelle et la politique en matière de concurrence.

Mahamane Manzo

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé, ce jeudi 3 Juin 2021, à travers un communiqué,  qu’elle entend sceller un partenariat avec la  Banque Africaine de Développement (BAD) afin de mutualiser les efforts  le cadre de la régulation des marchés en Afrique de l’Ouest.

La CEDEAO annonce vouloir s’engager dans ce partenariat  à travers son département spécialisé, l’Autorité Régionale de la Concurrence de la CEDEAO (ARCC).

Pour jeter les jalons ce futur partenariat, l’Autorité Régionale de la Concurrence de la CEDEAO (ARCC/ERCA) a initié une réunion d’échanges par visioconférence avec la Banque Africaine de Développement (BAD), sous la coordination du Département de Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation des Personnes de la Commission de la CEDEAO.

« Cette réunion virtuelle avec la Banque Africaine de Développement, la première du genre depuis la mise en place de l’ARCC, aura lieu le vendredi 4 Juin 2021. Programmée pour se tenir en présentiel, cette réunion aura finalement lieu par visioconférence en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid 19 » annonce le communiqué.

Selon la CEDEAO, la réunion du 04 juin 2021 découle de la nécessité pour l’ARCC de mobiliser des ressources auprès des partenaires techniques et financiers internationaux et de promouvoir la collaboration/coopération entre elle et ses partenaires.

Elle a pour objectif d’informer la BAD du démarrage effectif des activités de l’ARCC et d’identifier ensemble les domaines de collaboration, ainsi que les pistes d’appuis techniques et financiers possibles à explorer.

« Cette concertation sera marquée par une cérémonie d’ouverture animée par le Directeur Exécutif p.i. de l’ARCC, la Coordinatrice de l’Intégration Régionale de la BAD, puis le Commissaire en charge du Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation des Personnes de la Commission de la CEDEAO », annonce la commission de la CEDEAO, ajoutant que « Les discussions seront par la suite axées sur les modalités de collaboration entre le Département de Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation des Personnes, l’ARCC et la BAD, auxquelles prendront aussi part les experts respectifs des 3 entités ».

« A l’issue des échanges, il est attendu que la BAD prenne mieux connaissance de l’ARCC et de ses activités, que les espaces et domaines de collaboration puissent être identifiés et que les prochaines étapes en vue de cette collaboration puissent être ébauchées », explique toujoiurs la CEDEAO.

 

Bachir Manzo

GRANDS DOSSIERS

CONTACTS

Siège

   Niamey, NIGER

Tél. 

   00227 99 99 99 99

E-mail

   contact@afriqueperspectives.com

REDACTION

Directeur de la Rédaction

   Mahamane Sabo Bachir

Directeur Commercial

   Mahamane Sabo Bachir

Webmaster

   Mahamane Sabo Bachir