samedi 23 octobre 2021

Le Niger et  son voisin du Nord, l’Algérie ont réaffirmé leur volonté de « forger un partenariat  sous régional  viable  au service  des peuples de la Région  en vue de promouvoir  une coopération  Sud-Sud  pragmatique  et solidaire ». 

C’est la quintessence de la déclaration conjointe  que leurs ministres aux affaires étrangères ont rendue publique ce lundi 6 Septembre 2021, à Niamey, à l’issue d’une séance de travail.

Cette séance de travail entre le ministre algérien aux affaires étrangères M. Ramtane Lamarma  et son homologue nigérien M. Hassoumi Massoudou, était élargie à leurs deux délégations.

La séance de travail intervient dans le cadre d’une visite de travail qu’entame le Chef de la diplomatie algérienne dans la capitale nigérien du 5 au 7 Septembre 2021.

Au cours de cette rencontre, les deux délégations ont passé au peigne fin les questions de leur coopération  bilatérale, notamment les dossiers de la défense  et la sécurité, celui de la migration,  de l’énergie  et du pétrole, ainsi que celui de la formation professionnelle.

« un  échange  de vues sur les questions  régionales  et internationales  d’intérêt commun  a également  eu  lieu  et au cours  duquel  les Chefs de délégations ont  souligné la nécessité de travailler  ensemble  pour préserver la paix  et la stabilité et promouvoir le développement  en Afrique  en général  et dans  la sous-région en particulier », rapporte le communiqué conjoint.

De façon détaillée, rapporte-t-on, les Chefs de délégations ont  salué, sur le plan de la sécurité et de la défense, «  l’exemplarité de la    coopération  prévalent  dans ce  domaine ».   Dans ce cadre, souligne-t-on,  les deux pays ont tenu  une réunion de leur commission  mixte militaire bilatérale  du 24 au 26 Août  en Algérie.

 S’agissant de la gestion  du flux migratoire, les deux parties ont convenu  d’examiner la situation  des migrants, les deux parties ont convenu  d’examiner  la situation des migrants  nigériens travaillant  en Algérie dans le cadre  des consultations  des migrants nigériens travaillants en Algérie dans le cadre des « consultations prochaines  qui auront lieu entre les deux ministres  de l’intérieur », annonce le communiqué finale

« Selon toujours le communiqué, les deux parties ont convenu  d’approfondir  leurs consultations  sur les  questions  du pétrole et de l’énergie, notamment  le projet de Gazoduc  trans-saharien « lors de la prochaine  visite  du Ministre algérien  de l’énergie et des mines au Niger d’ici  la fin du mois de septembre », rapporte le communiqué.

« En plus  de ces secteurs, les deux  parties ont mis  l’accent  sur l’importance d’élargir  leur coopération  aux domaines de la santé et de la formation », a conclu le communiqué.

 Cette visite du Chef de la diplomatie algérienne à Niamey, rappelle-t-on, fait suite à la visite  de travail entamée par le Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum  du 12 au 14 juillet 2021 au cours de laquelle le dirigeant nigérien et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune ont annoncé la réouverture de la frontière terrestres entre leurs deux pays restée longtemps fermée. C’est le point de relance d’une relation de bilatérale qui tournait au ralenti.

 Mahamane Manzo

Le Fond de Solidarité Africain (FSA) compte organiser dans les jours à venir une conférence des Chefs d'État de ses pays membres, sous le leadership du Président nigérien Mohamed Bazoum.

L’annonce a été faite par le Directeur Général de l’institution financière, ce jeudi 02 septembre 2021, à l’issue d'une audience que lui a accordée le Chef de l'État nigérien.

« Nous avons l'ambition d'organiser une conférence des Chefs d'État des pays membres du FSA ici au Niger et naturellement le Président de la République du Niger va assurer le leadership de cette conférence », a déclaré M. Ahamadou Abdoulaye Diallo peu après l’entrevue avec le dirigeant nigérien.

Face à la presse,  M. Ahamadou Abdoulaye Diallo a rappelé que le FSA est la seule institution financière internationale dont le siège est basé à Niamey et c'est dans ce cadre qu'il est venu rendre compte au Chef de l'Etat des évolutions récentes du Fonds.

 « je suis venu rendre compte au Chef de l’Etat des évolutions récentes  du FSA et je me félicite d’avoir eu une oreille très attentive et une compréhension vive et dynamique qui nous ont permis de bénéficier de sages conseils et des orientations du Président de la République en vue d’un avenir plus prospère de notre institution et au bénéfice de nos Etats membres», a-t-il ajouté.

Le Fonds de solidarité africain (FSA), indique-t-on, est une institution financière multilatérale de garantie basée à Niamey, au Niger. Il regroupe 14 États membres africains avec comme objectif principal de faciliter aux États et aux entreprises publiques et privées de sa zone d'intervention l’accès aux crédits destinés à financer des projets d’investissements productifs, et la mobilisation de l’épargne locale et extérieure notamment par des interventions en garantie de prêts sur les marchés financiers.

« Grâce aux efforts des plus hautes autorités du Niger, nous allons affirmer notre vocation panafricaine en nous déployant dans l'ensemble des 54 pays de l'Afrique. Ce qui nécessite un travail politique et diplomatique assez intense, assez régulier et je suis venu m'enquérir des avis et des conseils du Président de la République », a poursuivi le responsable du FSA.

Les États membres du FSA sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la Centrafrique, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Mali, Maurice, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

La signature de l’accord portant sa création a eu lieu le 21 décembre 1976, alors que ses opérations ont débuté en 1979, rappelle-t-on.

    

Mahamane Manzo

Le Niger et l’Algérie condamnent le putsch intervenu le dimanche 5 septembre 2021 en Guinée Conakry  ayant mis fin à la décennie de règne d’Alpha Condé.

 La position du Niger et de l’Algérie par rapport à ce coup d’état ont été rendues publiques par les Ministres des affaires étrangères des deux pays lors d’un point de presse  conjoint qu’ils ont animé à Niamey à l’issue d’une séance de travail le même jour.

«  Notre position est très claire. A l’instar de la CEDEAO et l’Union africaine, nous condamnons la prise de pouvoir par la force », a déclaré Hassimi Massoudou, Ministre des affaires étrangères de la République du Niger.

« Nous espérons un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal. Nous demandons la libération sans condition du Président Alpha Condé. Et nous seront très vigilants sur les conditions de sa détention. Voilà la position très nette et très claire de notre pays », a ajouté l’officiel nigérien.

 « En ce qui concerne la situation en Guinée sœur, évidemment notre position étant à tout point la même que celle (…) de la République du Niger. Nous sommes profondément attachés aux principes et normes de la bonne gouvernance en Afrique », a déclaré, pour sa part, le ministre des affaires étrangères  algérien, Ramtane Lamamra.

Pour rappel, le 5 septembre 2021, une unité d'élite de l'armée guinéenne, à savoir le Groupement des forces spéciales (GFS),  s'empare du palais présidentiel et capture le président, Alpha Condé, au pouvoir depuis 2010.

Les auteurs du coup d’État, menés par le colonel Mamady Doumbouya, annoncent la suspension de la Constitution, la dissolution du gouvernement et des institutions ainsi que la fermeture des frontières. Une junte militaire prend le pouvoir sous le nom de Comité national du rassemblement et du développement (CNRD).

Au pouvoir depuis 2010, Alpha Condé est contesté depuis sa réélection en 2020 pour un troisième mandat après avoir fait modifier par référendum la Constitution pour en supprimer entre autres la limite à deux mandats.

La Fondation Noor de la Première Dame du Niger, Mme Bazoum  Hadiza a organisé la 11ème édition du ‘’Prix d’Excellence et du Mérite’’  au centre de conférence Mahatma Gandhi de Niamey, ce jeudi 2 Septembre 2021.

Au cours de cette grande cérémonie, la fondation de la Première Dame a primé 204 élèves et 24 enseignants qui se sont, le mieux,  illustrés au cours de l’année académique 2020-2021 au Niger.

Cet événement a été aussi l’occasion pour la fondation de l’épouse du Président de la République de lancer officiellement ses activités.

 Les 204 élèves et les 24 enseignants récipiendaires sont issus des niveaux primaire et secondaires des enseignements généraux, ainsi ceux des enseignements professionnel et technique.

La Fondation Noor a décidé de démarrer ses activités avec cette cérémonie de remise de prix pour  « prouver tout  son engagement pour le développement du capital humain dans notre pays », a déclaré sa présidente, Mme Bazoum Hadiza dans son discours de lancement.

Le ‘’Prix d’Excellence et du Mérite’’ est une initiative lancée depuis 2011 par l’ancienne première Dame, Mme Aissata Mahamadou Issoufou, a rappelé Mme Bazoum Hadiza.

« Permettez-moi de rendre un hommage mérité à ma sœur et amie Hadjia Aissata Issoufou, Présidente de la ‘’Fondation Guri Vie Meilleure’’ qui a initié et perpétué cet événement qui honore chaque année les meilleurs élèves et leurs enseignants », a-t-elle déclaré.

Selon elle, le ‘’Prix d’Excellence’’ a récompensé, de la 1ère à la 11ème édition, plus de trois mille (3.000) élèves, étudiants et enseignants, les plus méritants,

A travers la poursuite de cette initiative, la Première du Niger indique que son organisation « entend appuyer les multiples efforts du Gouvernement dans la mise en œuvre du programme du développement de l’éducation, en général et de la  formation technique et professionnelle, en  particulier ».

Le thème retenu pour cette 11ème  édition est : ‘’ la qualité de l’éducation et de la formation par le numérique’’.

Selon l’épouse du Chef de l’Etat  « le choix de ce thème se justifie par le rôle que joue le numérique dans le développement de notre pays », avant d’ajouter que « le parrainage  de cette cérémonie témoigne mon engagement à la mise en œuvre du Programme de Renaissance Acte III dans lequel le Président de la République, Chef de l’Etat a fait de l’éducation sa plus grande priorité ».

noor 2

Pour le ministre de l’éducation nationale M. Rabiou Ousmane, cette cérémonie de distinction « se situe aussi dans le sillage des objectifs du Programme de transition du secteur de l’éducation et de la formation qui prône l’amélioration  de la qualité  des enseignements et apprentissages dans nos établissements scolaires et de formation.»

 C’est pourquoi, explique-t-il, « pour les autorités de la 7ème République, l’objectif visé par cette initiative est d’encourager  les scolaires dans leurs efforts d’apprentissage afin de devenir des cadres compétents et de haut niveau dont le pays a besoin.»

Selon toujours Rabiou Ousmane, cette année 2021, la cérémonie est conjointement organisée par les cinq (5) ministères  en charge  de l’éducation et de la formation  et la Fondation Noor.

noor 3

La Fondation Noor vise l’améliorer les conditions de vie des populations  les plus vulnérables dans  ses zones d’intervention.

De façons spécifiques,  elle ambitionne entre autres de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes  et des jeunes ; d’améliorer  la santé  et le bien-être de la population ;  d’assurer  l’accès  et le maintien  de tous  à une éducation  de qualité. 

Mahamane Manzo

En visite de travail dans la capitale nigérienne, ce 30 août 2021, le Secrétaire Général de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf), M. Wamkele Mene fait au Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou le point des succès enregistrés ainsi que des négociations en cours au sein de la ‘’zone commerciale’’. Au terme de l’entrevue, le Secrétaire Général de l’organisation panafricaine a indiqué avoir fait le compte rendu « du progrès des travaux au niveau de secrétariat de la ZLECAf » au chef du Gouvernement nigérien.

« Je lui ai également fait part de l’état des négociations que nous avons initiées au niveau de la ZLECAf, mais aussi des succès que nous avons enregistrés ainsi que des défis auxquels nous faisons face », a-t-il ajouté.

Wamkele Mene a aussi déclaré avoir « sollicité l’appui continu et le leadership du Niger dans cette mission», avant de faire savoir qu’il est « fier du fait que le Président de la République du Niger et le Premier ministre aient réaffirmé leur disponibilité à continuer leur soutien à la ZLECAf de même que le Niger continue d’apporter son leadership à la ZLECAf, à essayer de débloquer la situation là où il le faut, donc d’apporter toujours son appui constant à la ZLECAf».

La ZLECAf, note-t-on, est un espace constituant un marché de 1,2 milliard de personnes et qui ambitionne de créer un marché de près de 3.000 milliards de dollars, sans aucun droit de douane ni restriction à la frontière. 36 pays sur les 55 de l’Union Africaine (UA) ont ratifié l’accord qui l’institue. Cet accord prévoit l’élimination des barrières non tarifaires, un système panafricain de paiements et de règlements et un observatoire africain du commerce qui devraient être fonctionnels dès le début des échanges commerciaux.

La ZLECAf vise également à stimuler le commerce intra-africain en offrant un Accord commercial global et mutuellement bénéfique entre les Etats membres, couvrant le commerce des biens et des services, les investissements, les droits de propriété intellectuelle et la politique en matière de concurrence.

Mahamane Manzo

Pays à vocation agro-pastoral, le Niger a produit, en 2020, 1.466.954.000 litres de lait. En valeur numéraire, cette production se chiffre, selon une estimation du ministère de l’élevage, à environ 440 086 500 000 de francs fca.
Selon la direction générale de la production et de l’industrie animale (DGP/IA) du ministère de l’élevage, c’est la Région de Zinder qui a réalisé la plus grande production de cette denrée animale en 2020, avec quelque 333 .211. 000 litres. La Région de Tahoua se positionne 2ème avec 301.412 .000 litres.
La Région de Tillabéry occupe, quant à elle, le 3ème rang avec une production de 254 .858 .000 litres. Maradi est 4ème avec 253 .426. 000 litres, suivie de la Région de Diffa avec une production 146 .513 .000 litres, puis la Région de Dosso avec 128 .050 .000 litres, ensuite la Région d’Agadez avec 39 .505. 000 litres et en fin la Région de Niamey qui a produit 9 .980. 000 litres.

Cependant, malgré cette importante production, le Niger importe du lait pour essayer de répondre à la demande des populations.
Selon les estimations de la DGP/IA, la valeur de ces importations envoisine les 20 milliards de francs cfa par an. Et même avec les importations, la consommation en lait du nigérien est inférieure aux recommandations de l’organisation mondiale de la santé (OMS) et de la FAO.

En effet, indique la source « la consommation moyenne des nigérienne est de 31l/habitant/an, ce qui est en deçà des normes OMS/FAO qui est de 90l/habitant/an ».

Selon le ministère de l’élevage, l’importation du lait constitue un frein au développement de la filière nationale, car le lait importé rivalise le lait local, indique-t-on.
Améliorer l’accessibilité des produits laitiers locaux pour les consommateurs nigériens, c’est l’un des défis que le Ministère de l’élevage veut relever à travers plusieurs actions envisagées.
Parmi ces actions, figure l’amélioration de la compétitivité des chaînes de valeur basée sur une amélioration des performances des différents acteurs, explique la DGP/IA.
En réalité, explique la direction, « Le lait local est difficilement accessible à moins de 250 F/L en zone (péri) urbaine et les yaourts conditionnés ne coûtent pas moins de 1.000 F/L (équivalent lait). En comparaison, les produits à base de poudre rengraissée sont systématiquement moins chers (80 F/L de lait et 414 F/L de yaourt) ».
Toujours dans le cadre de l’amélioration de l’accessibilité des produits laitiers locaux, la DGP/IA veut améliorer la productivité des troupeaux laitiers.
Cela doit se faire, selon elle, à travers : l’accès aux pâturages et aux zones de transhumance, car, indique-elle, leur rôle dans l’alimentation de troupeaux laitiers, sont une contrainte à l’amélioration de la productivité des troupeaux laitiers.
« L’alimentation coûte chère, que ce soit en raison du prix d’achat des aliments ou du coût élevé de la conduite des troupeaux vers les sites de pâturage (main d’œuvre). Par ailleurs, la nourriture est mal valorisée (trop sèche, pas assez d’eau), ajoute la source.
Une autre perspective par l’autorité compétente dans ce cadre, c’est aussi l’amélioration du potentiel génétique du troupeau laitier.
« Les éleveurs nigériens utilisent pour la production laitière des animaux dont le potentiel culmine à six litres par vache par jour (dans des conditions optimales, rarement atteintes). A l’inverse, avec la même alimentation et une conduite en mode sédentaire, une vache de race croisée peut produire au Niger 20 litres par jour en moyenne sur une lactation ».
En marge de ces actions à entreprendre, l’Etat du Niger assiste déjà les producteurs à travers divers interventions.
Dans ce volet, la DGP/IA cite : la facilitation de l’accès aux financements à coût partagé dans le cadre du financement de l’entreprenariat agricole ; la participation aux foires et salons des acteurs de la chaine de valeur pour la promotion de leurs produits issus de la transformation, ainsi que la mise en place des plateformes d’innovation lait au niveau de chaque région comme cadre de concertation.

Le ministère de l’élevage souligne aussi, dans ce registre, l’institutionnalisation de la Campagne mon Lait est Local pour soutenir et protéger la production ; le processus en cours de mise en place de l’Interprofession lait ; la création de 9 centres de collecte de lait en 2020 ; la création de 5 mini-laiteries et la réhabilitation 2 autres en 2020 ; le placement au cours de la campagne 2020-2021 de 10 800 Tonnes d’aliments pour bétail afin de soutenir le troupeau laitier; la sécurisation des zones de productions fourragères essentiellement composées d’espèces herbacées très sensibles aux actions anthropiques et climatiques ; a Vaccination de 5 667 736 bovins contre la PPCB et 1 099 103 petits ruminants contre la PPR, et la Vaccination de 737 356 camelins contre la Pasteurellose, entre autres.

 

Mahamane Manzo

 

La Région de Tillabéry  abrite 92% des 409 écoles fermées au Niger pour cause d’insécurité. 

Les chiffres ont été avancés, ce jeudi 19 Août 2021, par des parlementaires issus de cette même Région, à travers une déclaration.

Dans cette déclaration lue par M. Abdou Boubacar, les députés ont tout d’abord déploré la situation de  l’insécurité qui prévaut dans la Région, notamment « les agressions armées, le plus souvent effectuées à motos, et qui ont fait des centaines de morts civils et militaires ainsi que de nombreux blessés et déplacés internes ».

Selon les signataires de la déclaration, l’insécurité plonge les populations de la Région dans une situation inconfortable.

« 92% des 409 écoles fermées au Niger pour cause d’insécurité sont dans la région de Tillabéry, les populations sont traumatisées et ont un sentiment qu’elles sont abandonnées à leur triste sort et quant aux partenaires au développement et autres humanitaires, leur interventions ont aussi connu une baisse significative » ont-ils dénoncé.

Face à cette   situation, les parlementaires recommandent au gouvernent de ‘’renforcer la présence de l’armée sur le terrain, de renforcer les renseignements de tout ordre, de faire agir avec promptitude les Forces de défense et de sécurité (FDS), et en particulier les interventions aériennes, de rendre effectives les mesures d’accompagnement aux populations et de poursuivre les efforts pour le retour des populations déplacées dans leurs villages respectifs’’.

La Région de Tillabéry, située à l’extrême ouest du Niger, à la frontière avec le Burkina Faso et le Mali,  subit de plein fouet les exactions des groupes terroristes armés  basés au Mali.

Cette déclaration des députés ressortissants de la Région intervient  trois (3) jours après  une attaque terroriste perpétrée à Darey-dey, localité de la Région, et qui a fait 37 morts, selon le Gouvernement.

Mahamane Manzo

Les inondations causées par les pluies torrentielles sur l’ensemble du territoire nigérien ont fait  62 morts et 105.691 personnes sinistrées recensées dans 12. 457  ménages, selon un nouveau bilan de la direction générale de la protection civile (DGPC) publié ce lundi 23 Août 2021. 

Le bilan de la DGPC fait également cas de 60 personnes blessées et souligne la disparition de 9. 728 bétails.

Parmi les dégâts  matériels enregistrés,  on note l’effondrement de 28 mosquées, 60 classes, 146 greniers, 47 boutiques et quelque 243 hangars.

Au cours d’une sortie médiatique le jeudi 19 Août 2021, le Ministre de l’action humanitaire et de la gestion des catastrophes,  M. Laouan Magagi a fait savoir que depuis le mois de Mai, le gouvernement  et ses partenaires sont sur leur garde  et ont établi ensemble une carte des  communes  à risque  qui sont au nombre de 52 sur les 266.

 Depuis des années, les saisons des pluies riment avec des inondations au Niger. C’était le cas en 2020 où à Niamey, la capitale ces inondations ont fait des milliers de sinistrés.

Parlant de la situation de ces sinistrés de la région de Niamey  qui sont actuellement logés dans deux sites différents, celui de  940 ménages dans le site du camp Gamou et celui de 700 autres au niveau du site de l’hippodrome, le Ministre en charge de l’action humanitaire a indiqué que des « parcelles seront  données  gratuitement à ces ménages au niveau du site des enseignants chercheurs ».

Le Ministre a, en outre, averti les sinistrés bénéficiers « qu’une fois installés dans ce site (…) le gouvernement n’acceptera plus  que ces relogés reviennent par la suite occuper ces zones  inondables  du bord du fleuve ».

« Un décret sera pris par le gouvernement pour   exproprier  ces relogés  récalcitrants et que de ce fait  toutes les zones qui sont dites  inondables ou inconstructibles vont être transformées  pour d’autres vocations notamment pour  des fins  agricole, de pêche,  d’élevage ou en parc d’agrément », a-t-il, par ailleurs, annoncé.

Mahamane Manzo

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, M. Mamoudou Djibo a donné, ce lundi 23 Août, le coup d’envoi des examens du brevet du technicien supérieur (BTS) session 2021 au CEG 25 de Niamey.

La cérémonie de lancement a eu lieu en présence du gouverneur de la Région de Niamey, Ouhoudou Ambouka et des cadres du ministère de l’enseignement supérieur.

Pour cette année, précise-ton,  ce sont  5. 222 candidats officiels et libres,  inscrits dans 18 filières,  qui affronteront les épreuves écrites, orales et celles des travaux en atelier.

Les examens se dérouleront dans cinq (5) centres à Maradi, Niamey, Tahoua, Agadez et Zinder.

Alors que les centres en région abritent chacun un seul jury, celui de Niamey en compte 11.

« Par la grâce de Dieu, nous pensons que les examens vont se dérouler dans la sérénité, la transparence absolue et que les résultats  qui en sortiront seront les résultats mérités, seront les résultats issues d’une formation propre, d’une correction propre  et d’une proclamation propre », a déclaré le ministre en charge de l’enseignement supérieur Mamoudou Djibo lors du lancement officiel.

Mamoudou Djibo a aussi donné ses garantis de lutte contre les fraudes et les tricheries de la part des candidats et les autres acteurs concernés. « Nous veillerons comme nous avons veillé au bac », a-t-il laissé entendre.

Parlant de  l’organisation des examens, il assure que  « Par la grâce de Dieu, tout se déroule bien. Le Gouvernement a mis à la disposition de l’ONECS [office national des examens et concours du supérieur, ndlr] les moyens nécessaires. Toute l’organisation, jusqu’ici en tout cas, est sans faute et nous souhaitons bonne chance à tous les candidats ».

Mahamane Manzo

L’organisation mondiale de la santé (OMS) fait un don en  équipements d’une valeur de 172 millions de FCFA pour au Gouvernement nigérien pour l’accompagner dans sa lutte contre l’épidémie de choléra qui sévit dans le pays depuis des semaines.

Le don a été remis au ministre de la Santé publique, de la Population et des affaires sociales Idi Illiassou Mainassara par la représentante résidente de l’OMS au Niger Dr Anya Blanche, ce mercredi 18 Août 2021 au cours d’une cérémonie solennelle.

Ce don, précise-t-on, est composé notamment des lits adaptés pour la prise en charge des cas de choléra, des seaux plastique ;  des fiches de prise en charge, des carnets, des stylos et des registres de consultation ; des lampes, des réservoirs d’eau, des rouleaux de bâches en plastique qui serviront à construire la clôture de certains espaces spécifiques du centre de traitement du choléra (CTC)).

 «Ces kits vont nous permettre de renforcer le dispositif déjà en place au niveau de toutes les régions touchées par cette épidémie du choléra », a commenté le ministre nigérien de la santé lors de la cérémonie de réception.

Intervenant à son tour, la représentante de l’OMS au Niger Dr Anya Blanche a déclaré que  «l’OMS souhaite vivement que ces kits soient utilisés de façon efficiente et que leur usage soit entièrement gratuit aux profits des populations nécessiteuses».

Présente également à la cérémonie, la coordinatrice du Système des Nations Unies au Niger, Mme Louise Aubin a  assuré « que toutes les agences du Système des nations unies sont mobilisées pour soutenir la réponse à cette épidémie comme nous l’avons fait dans le passé pour les autres urgences y compris la COVID19 ».

 A ce titre, a-t-elle poursuivi, «  en plus des équipements que l’OMS remet ce jour, le HCR va mettre à la disposition du pays 8 abris préfabriqués dont 5 pour Maradi et 3 pour Tillabéry».

Depuis quelques semaines, le Niger fait face à une épidémie de choléra. Au total, six Régions sont touchées par l’épidémie. Il s’agit de Zinder, Maradi, Tillabéry, Tahoua, Niamey, Dosso.

Selon le ministère de la santé publique et des affaires sociales, entre le 14 juillet  et le 16 Aout 2021,  un total de 845 cas sont détectés dans le pays, dont 35 décès pour un taux de létalité de 4,2%, selon

‘’Du 1er janvier au 16 Aout 2021, ils sont au total 845 cas qui ont été notifiés dont 821 cas de choléra avec 35 (5.7%) décès’’, indique toujours le ministre de la santé publique, Dr Idi Illiassou

Les districts sanitaires concernés au nombre de 22 Districts. Il s’agit des districts sanitaires de  Dioundion, Gaya, Madarounfa, Maradi ville, Tessaoua, Guidan Roundji, Madaoua, Malbaza, Birni N’Koni, Keita, Magaria, Mirriah, Dungass, Tanout, DTK, Tillabéry : kollo, Niamey1, Niamey2, Niamey3, Niamey4 et  Niamey5.

Mahamane Manzo

Page 1 sur 4

GRANDS DOSSIERS

CONTACTS

Siège

   Niamey, NIGER

Tél. 

   00227 99 99 99 99

E-mail

   contact@afriqueperspectives.com

REDACTION

Directeur de la Rédaction

   Mahamane Sabo Bachir

Directeur Commercial

   Mahamane Sabo Bachir

Webmaster

   Mahamane Sabo Bachir